Marcel Groleau

Président général

L’année 2018 aura été passablement difficile pour les producteurs agricoles du Québec. Après un printemps froid, nous avons vécu un des étés les plus chauds et surtout les plus secs des dernières décennies et finalement, l’automne et l’hiver se sont pointés beaucoup trop vite. La sécheresse et la chaleur ont causé de sérieux dommages dans les champs un peu partout au Québec et du stress chez plusieurs centaines d’éleveurs. Fidèles à la tradition d’entraide et de solidarité qui nous caractérise, l’Union et ses groupes affiliés se sont vite retroussé les manches pour venir en aide aux producteurs touchés. Plusieurs actions ont été menées en région et les autorités gouvernementales ont rapidement été sensibilisées aux problématiques. Les avances annoncées par le gouvernement depuis (45,6 M$ en assurance récolte foin et pâturages) ont été les bienvenues. De concert avec les fédérations régionales, nous continuons de travailler pour résoudre les problèmes de sous-évaluation des pertes observés chez certains producteurs.

Charles-Félix Ross

Directeur général

Encore une fois cette année, nos équipes de professionnels dans les domaines de l’agroéconomie, de l’environnement, de l’aménagement et de la mise en marché ont eu du pain sur la planche. D’abord pour faire valoir le point de vue des agriculteurs en commission parlementaire à la suite du dépôt de nombreux projets de loi dans les premiers mois de l’année. Ensuite, pour documenter tous les dossiers prioritaires portés par l’Union en 2018, dont la fiscalité foncière, la sécurité du revenu, les accords de commerce, la réglementation environnementale, la main-d’œuvre, la relève…  Nous avons produits seize mémoires et une vingtaine de documents pour appuyer nos rencontres avec les élus et nos présentations sur diverses tribunes.

Portrait de l’Union

L’UPA représente les quelque 42 000 producteurs et productrices agricoles ainsi que tous les producteurs forestiers du Québec. Ils sont regroupés suivant une double structure : selon le territoire géographique auquel ils appartiennent, c’est le « secteur général », et selon le type de production agricole qu’ils exercent, c’est le « secteur spécialisé ».

En savoir plus

L’Union est présente partout au Québec. Depuis plus de 90 ans, elle poursuit la mission de promouvoir, de défendre et de développer les intérêts de tous les producteurs agricoles et forestiers du Québec, sans distinction.

Une équipe passionnée qui a à cœur l’agriculture d’ici

Adhésion

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

Taux d'adhésion 2017

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

fermes

fermes membres

Taux d'adhésion 2018

Volume de la production couvert par la mise en marché collective au Québec en 2017

Les retombées d’une approche collective pour la commercialisation des produits agricoles sont nombreuses et bénéficient à l’ensemble de la société. En plus d’être efficace, ordonnée et équitable, cette formule permet aux producteurs de mettre en commun des ressources et d’investir collectivement dans des projets de promotion, de recherche et de développement. Au Québec en 2017-2018, 90 % des produits agricoles ont été mis en marché collectivement.

Légende :
Valeur de la production (M$)
Mise en marché collective (M$)

Acériculture

344
321

Aquaculture

10

Apiculture

24,9

Bleuets Saguenay–Lac-Saint-Jean

ND
24,4

Bois

371
371

Bovins

659,2
659,2

Fraises et framboises

75,6
75,6

Grains

1 336
1 336

Lait

2 578,4
2 578,4

Lait de chèvre

9,7
9,7

Lapins

2,1
2,1

Légumes de transfor-
mation

29,2
29,2

Maraîchers

545

Œufs

199,3
199,3

Œufs d’incubation

85,7
85,7

Ovins

ND
14,9

Pommes

63
63

Pommes de terre

174
174

Porcs

1 336,7
1 366,7

Poulettes

12,9
12,9

Serre

289

Volailles

726
726

Total

8 901,8
8 049,1

Sommes investies en recherche, en dons et en promotion

Toutes les sommes investies collectivement en promotion et en publicité contribuent à accroître la demande pour les produits alimentaires québécois. Quant aux investissements que font les producteurs dans le domaine de la recherche et du développement, ils visent l’amélioration continue de la qualité des produits et des pratiques agricoles. Cela bénéficie autant aux consommateurs qu’aux entreprises en aval de la production. Les agriculteurs sont aussi interpellés par les besoins des plus démunis et l’importance de promouvoir de saines habitudes alimentaires. Voilà pourquoi chaque année ils remettent à la communauté des dons en argent et en denrées agricoles.